Articles

Affichage des articles du janvier, 2019

RUBAN DE RÉGLISSE - MICHEL DUFLO

Image
Pascal campion tournée des tombes - un mot pour chacun et des larmes pour elle * voisins de tombe le père et le fils - en famille dit-elle * douceur automnale - leurs deux urnes réunies pour l'éternité * "papa" "maman" même à mon âge * soirée de clôture - à la patère deux manteaux font connaissance * adieux - juste un baiser un * verres de vin blanc - posant mes lèvres sur l'empreinte des siennes * mes vies rêvées plus belles que ma vie vécue - herbes d'automne * mort d'un poète - l'arbre vient de perdre sa dernière feuille * feuilles mortes - toutes ces lettres écrites et jamais postées * dernier soleil - dans la nuée d'insectes un jumbo-jet * minuit passé - à l'arrêt du bus scolaire un lapin * deux escargots en pleine conversation - beau temps pour la saison * raisin vendangé - mon voisin vigneron de retour sur Meetic

MARIA - YANN REDOR

Image
Kirghizistan 1 J'étais mort. Peut-être le suis-je encore mais qu'importe, je marche vers la résurrection et tout a été fait. Je suis enregistré et le sac est dans la soute. Co mme moi il attend que les grévistes débloquent le vol. Il y a cinq minutes, j'ai déconnecté Facebook, coupé mon téléphone et sorti mon carnet. Erreur, l'heure n'est pas à écrire, c'est un livre qu'il me faut. A la dérive l'idée d'un avion égaré dans le ciel J'écarte le cache lumière de mes yeux. Le soleil est déjà haut ; n'allions-nous pas à sa rencontre ? Par le hublot j'aperçois les montagnes. Blanches de neige. A la verticale les steppes aussi sont recouvertes ; les vagues des congères s'élancent à l'assaut de mes yeux affamés. Là d'où je viens, il est 3h00 ; ici 10h00 ont déjà pété et je vais me poser. Il cabre l'engin deux doigts sur l'aérofrein applaudissements Je sais à présent ce qu'est une ville poussiér

TAM TAM DANS LA NUIT - SOPHIE DANCHAUD

Image
Toni Demuro Onze novembre retranchée au coin du feu seul le vent bataille * Le long de la route un deux puis trois poteaux piqués de buses * Bientôt Noël les bouquets de guis friment dans les arbres nus * Ouessant tes entrailles respirent du souffle des embruns * Pendant mon sommeil le ciel s'est envolé - brume du matin * Contre le lampion le papillon bat des ailes tam-tam dans la nuit * La terre transpire sous le soleil au zénith ne tremble que l'air * Un nuage dans l'océan des étoiles une île filante * Un voile de buée sur la croupe du ciel le souffle des chevaux * Les sauts d'un crapaud rythment mes coups d'œil tantôt vers le ciel * Enfoncer le regard au plus profond de la nuit vertige * Le moindre souffle dans le tremble bruit de pluie * Les mains dans les poches retrouver un peu de sable - l'or d'un château * Au bout de mon nez

MON PÈRE - ROBERT GILLOUIN

Image
Robert Gillouin - Photo et texte Minuit- la lune éclaire le chemin de la ferme * malgré la clarté mon sommeil tellement lourd * premières heures réveillé par un coup de fil- votre père n'est plus * seul à savoir... parvenir à décrocher le téléphone * derrière le hangar le soleil se pointe comme d'habitude * silence * dans le tilleul même les tourterelles se font discrètes * sous le marronnier un merle picore seul * dans le pré la cabane ne me regarde plus de la même façon * absent à lui-même ce matin un très vieil homme ne s'est pas réveillé * en cette nuit superbe son dernier souffle recueilli par une belle pleine lune * il s'appelait Élie il est mon père * * * ce soir au loin la pluie vibre au soleil * trois verres de bl