FLEURETTES, PAMPILLES, BAYADÈRES - SOPHIE HOP

Jack Vettriano - days of wine and roses




dans la poussière solaire
le sommeil s’estompe
peau à peau



*


noir et blanc
le cri de couteau d’une pie
dans la chair crème du matin



*


à perte de vue
le blé nourrisson
d’un vert si tendre



*


salle des fêtes
le peuple des sourires
et des gobelets



*


bal de l’ascension
il y a des enfants
dans les arbres



*


nostalgie
tu peux toujours surfer
sur mon waterproof


*


l’ours en peluche
mon insouciance et son œil
ne tiennent qu’à un fil


*


noces de chrome
le rétroviseur remet
son nœud-papillon


*


vacances
la bouteille de gaz, légère,
nous abandonne


*

abat-jour
fleurettes, pampilles, bayadères
sur la nuit effarouchée


*


un jour doux
dans la maison du défunt
pas assez de sacs poubelle


*


à perte de vue
les moignons de maïs
ci-gît l'été


*


automne
un soleil froid s'attarde
sur les dernières framboises


*


ligne de crête
un moineau sur un fil
contemple le Vercors



*


le temps est doux
je rajoute une bûche
par gourmandise



*


soirée d’automne
le faux tain de la vitre
ignore mes rides nouvelles



*


mes vieux jours
mes orteils m'en parlent
au bout du plâtre



*


ciel de plâtre
je savoure les promenades
des autres


*


le poêle ronflant
et le repos de mon homme
à l’unisson


*


mi nuit mi veille
gardant seules l’œil ouvert
la lune et moi


*


lecture tardive
une petite mouche curieuse
me tient compagnie


*


dernière toilette
de grands va et vient de pluie
sur la nuit


*


la trace des sourires
par-dessus l’hiver j’effleure
le dos de sa main


*


dîner silencieux
de temps en temps le poêle
ne trouve pas les mots


*


ciel bas
mes pensées câlinent
l’idée d’un lit


*


boudin noir
faire fondre la rancune têtue
de la pluie


*


paix d'avril
la châtaigneraie nue
au bord du canal


*


une chiure
comme une fleur
sur la fissure du pare-brise


*


les cris lointains
de quatre cents noyés
dans le retour des ondes


*


sortie du cinéma
un ciel du soir
à gros budget



*


gris verts et gris bleus
les paupières de bois mouillé
de la Charente


*


seule
dans la peupleraie
pissant


*


dîner d'été
la douce conversation
du chèvrefeuille



*


sur le seuil
je commence par les baisers
du rosier




Sophie Hop


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

QUATRE HEURES DU MATIN - ABELHAK MOUCHATAOUI

VILLE HAUTE - CHRISTIAN COSBERG

D'UN PAYS À L'AUTRE - MOHAMAD ALSARI