MON CŒUR EN POUSSIÈRE - ROGER AMADE


Myoe Win Aung






thermes en fin d’été~
l’hôtel jaune et bleu comme
un bonbon anglais


*


thermes en fin d’été~
admirer l’eau cristalline
fait déjà du bien


*


thermes en fin d’été~
les chutes du Niagara
sur nos épaules


*


thermes en fin d’été~
les fesses sublimes
de l’espagnole


*


thermes en fin d’été~
ouverte au dessus des bulles
elle prend son pied


*


thermes en fin d’été~
un punk à crête espagnol
me carambole


*


thermes en fin d’été~
peaux d’orange et vergetures
jouent leur partition


*


thermes en fin d’été~
les saunas et les jacuzzis
toujours squattés


*


thermes en fin d’été~
les jolies pommes
des adolescentes


*


thermes en fin d’été~
les bulles tumultueuses
me les secouent


*


thermes en fin d’été~
un si bel emballage
pour deux neurones


*


thermes en fin d’été~
subtil chaud effroi
sous l’eau glaciale


*


thermes en fin d’été~
la petite et ses deux bouées
sont au paradis


*


thermes en fin d’été~
la vieille dame déborde
du jacuzzi


*


thermes en fin d’été~
ah! les seins de rêve
de l’antillaise…


*


thermes en fin d’été~
concerto amoroso
sous un col de cygne


*


thermes en fin d’été~
mon doux et tendre amour
au creux de mes bras


*


thermes en fin d’été~
presque de la fièvre
trente six degrés



*  *  *



début d’automne ~
le visage de mon père
dans le miroir



*



début d'automne
le haijin sauve ses pommes
des derniers frelons



*



devant l’hôpital
une nouvelle ambulance
~ seringas en fleur



* * *



parfums d’automne~
toute la nuit l’orage 
secoue la maison



*



orage d’automne ~
le sommeil recule
pas à pas



*



parfums d’automne ~
dans l’orage électrique
dégustant mon thé



*



orage d’automne ~
quelle rage insensée 
secoue le contrevent



*



orage d’automne~
le chat noir impassible
sous les trombes d’eau



*



orage d’automne ~
ça craque crie et geint
mon thé sent la mousse



*



orage d’automne ~
encore plus petit
le petit crapaud



*



orage d’automne ~
les grands bambous secoués
comme de l’herbe



*



la mante religieuse 
a perdu la tête
pour un grêlon



* * *



crues d’automne ~
les haijin dans l’eau douce
insolubles




*


crues d’automne ~
le plus sec, la langue
disait mon grand-père




*


crues d’automne ~
à ses amis il pense
le vieux haijin



*  *  *


Octobre à Paris

Octobre à Paris ~
enfin le sourire
de mes petits


*


Octobre à Paris ~
que d’ors flamboyants
et de mauvais goût


*


Octobre à Paris ~
le pont Alexandre III
et ses amoureux



*



Octobre à Paris ~
Nikki de Saint-Phalle me fait
la nique


*


Octobre à Paris ~
Nikki de Saint-Phalle me prend
la cabeza


*


Octobre à Paris ~
aux Champs-Élysées
la presse étrangère



*



Octobre à Paris ~
au Grand Palais, Hokusai
même pas en rêve


*


Octobre à Paris ~
au Grand Palais, Hokusai
trois heures d’attente


*


Octobre à Paris ~
tant de mal pour rien
ciao, Hokusai



*



Octobre à Paris ~
cette inconnue rue d’Assas
où s’en va-t-elle?
*
Octobre à Paris ~
rue de Nantes quatre rabbins
passent sans me voir


*


Octobre à Paris ~
rue de Joinville chez les viets
pas de wakame



*



Octobre à Paris ~
dans la rue de Flandres
de belles asiates


*


Paris-sur-brume ~
tête dans les nuages
la tour Montparnasse


*


Octobre à Paris ~
comme à chaque départ
le cœur déchiré



*  *  *



onze novembre ~
ça y est ! depuis cinq ans
je n’ai pas fumé



*



vieux cimetière ~
son silence surnaturel
m’apaise


*


vieux cimetière ~
ici pas un souffle
un jour mon dernier


*


vieux cimetière ~
de plus en plus courbées
les vieilles


*


vieux cimetière ~
Immobile et presque droit
un papy pleure



*



Vignes blanches ~
une légère pulpe
de neige



*



ce matin en visite
à la future demeure
~ vieux cimetière


*


vieux cimetière ~
même les immortelles 
retiennent leur souffle


*


vieux cimetière ~
les tombes craquelées
semblent m’attendre


*


vieux cimetière ~
ici pas un souffle
même pas le mien



*



Hiroshima ~
le "fuck" silencieux
du vieux ginkgo



*



Vignes rousses ~
le petit rouge gorge
m’engueule



*



Vigne vierge ~
naviguer sur ses reins
sans boussole



*



Avant le printemps ~
mon cœur en poussière
gingembre et curcuma





ROGER AMADE




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

QUATRE HEURES DU MATIN - ABELHAK MOUCHATAOUI

VILLE HAUTE - CHRISTIAN COSBERG

D'UN PAYS À L'AUTRE - MOHAMAD ALSARI