QUAND REVIENDRAS-TU - ANANDA DOE

Félix Valloton - Le dîner





La maison pour moi
seule -- comment apprivoiser
la "pour moi seule" ?




*



Nuit sans lune --
les étoiles scintillent
à l'aveuglette




*



Silence. Le chant tu
du vieux merle sur la branche --
ma vie envolée




*



Nos vies dans les arbres :
d' ascendants lointains, et jusqu'au

  dénuement.




*




Le temps change nos
vies en temps -- pour quoi ?




*



Jour surpris par les
ombres -- lente, la nuit se déploie
en son regard sombre.




*



Ce bleu ruisselant
d'éclairs et d'éclats solaires --
été jusqu’aux yeux.




*



Temps pluvieux --
un pan de ciel noir
pend aux fenêtres.




*



Le ciel nu pleure
sur la joue de la mer et
il pleure encore…




*



Les roses blanches
font le mur au soir tombé --
je sens leur parfum.




*



Souvenirs en pluie --
couleurs mêlées aux parfums
de notre enfance.




*



Plein soleil dehors
nuit d'orage et pluie dedans --
S'en tenir aux seuils ?




*



Douce rêverie
Illuminée de ciels bleus
aux soleils couchants.




*



Le soir fait son lit
de bruyère et de mousse
verte -- un nid sans toit.




*



Le ciel se voile -- à
voiler ses yeux clairs
une tristesse suffit




*



Le soleil décline
et mon chat s'est endormi --
Si lourd, ce silence




*



Un oiseau épie
au rebord de la fenêtre --
miettes de silence




*



Un oiseau chante
dans l'arbre qui frissonne --
mon cœur comme feuille.




*



Voiles au vent du
soir -- entre doute et caprice,
tracer un chemin




*



La ville au matin :
essaim d'ailes sur le fleuve --
un orage en mer




*



Barque sur le sable --
le gris invoque le bleu
et le bleu le vent.




*



Silence des murs --
le long soliloque de
Mère l'araignée...




*



Vent rôdeur et gris
d'une aile à l'autre - et si gai ! -
maraudeur de feuilles.




*



Ces herbes mortes
sur le pas de ta porte...
~ Quand reviendras-tu ?








Ananda Doe




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

QUATRE HEURES DU MATIN - ABELHAK MOUCHATAOUI

VILLE HAUTE - CHRISTIAN COSBERG

D'UN PAYS À L'AUTRE - MOHAMAD ALSARI