MATIN DE PRINTEMPS - DELPHINE EISSEN





Alex Katz






matinée de pluie
juste après le tournant
du colza plein les yeux


*


balade à vélo
je fais la course
avec un oiseau


*


train de banlieue 
les vitres balafrées de pluie


*


sauge après la pluie
rehaussé le vermillon
de la coccinelle


*


autour de la table
toutes les bouches carmin ~
saison des fraises


*


soirée entre amis
mi-sucrée mi-terreuse
l’odeur des patates


*


cabine de douche
la gymnastique matinale
de l’araignée


*


route de campagne
des œuvres d’art effacées
par les essuie-glace


*


jour des encombrants
aux objets vient s'ajouter
le poids de la pluie


*


dîner entre amis
dix mètres de crépuscule
entre l'arbre et nous


*


hauts lieux touristiques
invariablement la même
forêt de portables


*


marché aux livres
j'apporte deux caisses pleines
d'heures délicieuses


*


sortie scolaire
« silence ! »
hurle l’institutrice


*


leçon de grammaire
il me tire sa langue bleue
le premier iris


*


lessive de bleu
toutes ces nuances
au soleil de mai


*


certaines choses
nous dépassent - parfois
ce sont nos ombres


*


fin d’après-midi
du vieil arrosoir s’échappent
quelques arcs-en-ciel


*


nuit d’insomnie
les hiéroglyphes de la lune
sur les draps neufs


*


jour de grosse chaleur
le parasol en papier
du sorbet citron



*


balade à vélo
les nuages se laissent
porter par le vent


*


parking à vélo
entre béton et cannettes
le bleu des chicorées


*


par-dessus la corde
passe passe et passe encore
la jupe à fleurs


*


vitre du métro
les rayures d’initiales
d’anciennes amours


*


« mon vieil ami l'arbre »
Papi ne se console pas
de le voir mourir


*

d'une main rugueuse
il caresse l'arbre mort
puis saisit sa scie


*

chaleur et lumière
le dernier cadeau de l'arbre
dans la cheminée


*


matin de printemps
le claquement des draps propres
à contre-vent


*

dimanche de juin
l’engouffrement du vent
dans les draps frais


*


vibration turquoise
la fraîcheur en coup de vent
de la libellule


*


un direct au nez
l’arôme percutant du nouveau 
paquet de café


*


hall de gare
les joues baignées de larmes
du couple enlacé


*

hall de gare
les transitions de nos vies
entre deux sifflets


*

hall de gare
amères et douces les larmes
départ retrouvailles


*

l’enfant sur le quai
de grands moulinets de bras
au Papa qui part


*


matin de printemps
le soleil fait briller
les odeurs


*




DELPHINE EISSEN 



Commentaires

Sophquipeut a dit…
Un univers hypnotique, comme si on était là, à respirer les mots. Merci de ce partage de l'instantané si original.

Posts les plus consultés de ce blog

QUATRE HEURES DU MATIN - ABELHAK MOUCHATAOUI

VILLE HAUTE - CHRISTIAN COSBERG

D'UN PAYS À L'AUTRE - MOHAMAD ALSARI